Historique de la Géobiologie
PDF Imprimer Envoyer

Les traces de la Géobiologie à travers le Temps !     


La Géobiologie est l’étude des influences telluriques (celles qui émanent de la Terre), cosmo telluriques (celles qui relient le Ciel à la Terre), des influences des perturbations nouvelles venant des champs électriques, magnétiques, hautes et hyper fréquences.
Etymologiquement, le terme de géobiologie exprime géo : la terre, bio : la vie et logie qui vient de logos : une rationalité gouvernant le monde et une loi logique. C’est l’Etude des lois terrestres qui influent sur toutes vies.
Ce sont des connaissances ancestrales que l’homme a utilisé dans les temps les plus anciens pour ériger des monuments, construire des sites sacrés ou tout simplement bâtir une ville.
Depuis la nuit des temps, l’Homme a constaté - et compris - que son environnement naturel, géographique et la force souterraine terrestre avaient une influence dans le choix de ses implantations lors de ses migrations et qu’une interrelation existait entre la Terre, le Ciel et l’Homme.
A la période du Néolithique, au moment de la sédentarisation humaine, l’homme s’organise et se structure en communautés construites dans des lieux précis. Il construit de grands monolithes de Pierres, sous différentes formes :
- des pierres longues dressées « les Menhirs »,
- de grandes tables de pierres « les Dolmens »,
- des monuments avec allées de pierres couvertes « les Dolmens améliorés, les Cairns »
- ou encore des buttes artificielles de terre recouvrant des allées de pierres avec une petite salle en fond «  les Tumulus ».

Il a été mis en évidence que ces architectures étaient réservées au monde du Sacré, ce qui est en rapport avec le divin et le monde Supérieur du Ciel relié à la Force souterraine de la Terre. Dans des périodes légèrement plus proches, nous retrouvons les grandes constructions égyptiennes qui expriment ce même lien ou encore dans d’autres cultures de la même période sur d’autres continents.
L’homme prouve à différents endroits de la planète qu’il a une connaissance de ces zones terrestres reliées activement à la Force du Ciel.

Les chroniques romaines décrivent comment les bâtisseurs choisissaient un site naturel pour construire une ville : Ils plaçaient des moutons sur différents terrains de la zone choisie, et au bout d’une année, ils abattaient les animaux dans le but d’observer leurs organes internes. Ceux-ci leurs montraient la viabilité ou non du terrain en fonction de l’état des viscères des animaux.


Cette connaissance fût longtemps réservée à la classe Sacerdotale et aux Nobles. Mais en parallèle, certaines familles de la population locale se transmettaient aussi ce savoir de père en fils ou filles, chez les puisatiers et sourciers. On retrouve cette connaissance dans la corporation des bâtisseurs de cathédrale qui connaissaient ces manifestations et savaient les manier dans la construction d’un édifice.

Au début du 20ième Siècle, L’Abbé BOULY éminent spécialiste sur la recherche de l’eau, proche des travaux des scientifiques, physiciens, géologues et chercheurs de l’époque, inventa le mot radiesthésie en 1890 (ce mot vient de rayon en latin et aisthêsis : sensibilité en grec). Ce mot sera officialisé en 1929 au moment ou il crée « l’Association Française et Internationale des Amis de la Radiesthésie ». De nombreux chercheurs et docteurs firent des recherches au fil des années qui suivirent. Les plus connus sont les Drs Peyré et Hartmann. Depuis, qu’ils découvrirent et mirent en évidences certains réseaux telluriques en le lien avec différentes pathologies humaines, ceux-ci portent leurs noms.
Il est à savoir, que les sources d’émissions nocives en Géobiologie viennent soient d’une émanation souterraine terrestre naturelle (cours d’eaux, failles, cavités, différentes nature de sous-sol, de réseaux telluriques …) ou de champs de fréquences créés par la connaissance et le savoir humain (les ondes électriques et magnétiques, hautes, hyper fréquences, lignes à hautes tensions, wifi, antennes relais de téléphone portables et radars militaires…)

prenons soin de la Terre